79-o

2019

 

Design de la prothèse

 Système de communication

Impression 3D

Photographies

Site de vente en ligne

Le projet 79-o interroge nos limites face aux 
possibilités qu’offre la science en matière de 
régénération, et d’augmentation.
 
79-o est un dispositif imitant les codes du commerce en place aujourd’hui. La présence d’un site de e-commerce au sein d’une charte graphique travaillée, et les photographies et mises en scène du produit nous leurrent quant au 
professionnalisme de la démarche. Nous sommes ici dans une fiction à la limite du réel, qui joue avec notre envie 
d’augmentation et notre peur d’un transhumanisme  prenant vie.   
Une fois l’intérêt éveillé, il est possible pour l’utilisateur de franchir le pas et d’acquérir un 79-o en procédant au paiement en ligne. Il recevra alors une prothèse aux critères de son choix, notamment en termes de 
souplesse et de couleur, sans bien sûr aller jusqu’à la pose de l’organe. 
 
Le site explique la nécessité d’une consultation avec un   chirurgien pour implanter le 79-o. Le nom même de l’organe est un clin d’œil au 79ème organe dont de nombreux médias se sont fait écho, découvert par 
l’université de Limerick, mais faisant partie de la liste des Hoax, terme anglophone 
désignant un canular. En effet, après quelques recherches, le lecteur averti réalise que les médias ont relayé une information non vérifiée, et que la découverte n’a jamais été validée par la communauté scientifique.  
 
 
L’impression 3D fait appel à la culture de la science-fiction dans 
l’imaginaire collectif : elle passe par la programmation de la matière, et des mouvements, et ouvre le champ des possibles à venir. Elle ouvre alors la porte à la crédulité, et peut représenter une mutation de la 
matérialité : on assiste là à un pont entre l’impression réelle (l’organe 
modélisé), et l’impression d’un imaginaire, d’une croyance. L’organe, 
présenté sur site, ou imprimé, matérialise ce pont entre abstraction et réalité tangible.